retraite-des-expatries.jpg

Quels droits à la retraite pour les expatriés ?

Le fait de travailler à l’étranger pour des salariés français a des conséquences sur leur retraite. Les modalités de leur mobilité internationale détermineront s’ils sont éligibles ou non à la retraite. Il s’agit de distinguer entre les expatriés, les personnels détachés et les travailleurs frontaliers. Nous vous disons tout ce qu’il y a à savoir sur le droit à la retraite pour les expatriés.

Les droits à la retraite pour les salariés expatriés

En France, si vous êtes un employé expatrié, la prise en charge de votre retraite ne dépend plus de la Sécurité Sociale française, mais des caisses de retraite du pays dans lequel vous travaillez.

Toutefois, vous avez la possibilité de cotiser de manière volontaire pour préparer votre future retraite. De même, en fonction du pays où vous allez, vous pouvez profiter des avantages des accords bilatéraux, communautaires et internationaux de protection sociale signés avec la France.

Ainsi, les expatriés peuvent bénéficier de droitsà la retraite, en souscrivant de manière volontaire :

  • À l’assurance vieillesse de la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) ;
  • À la retraite complémentaire Agirc-Arrco ;
  • Ou en réalisant un rachat de trimestres auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).

Le travail à l’étranger : une question de durée et de pays

Si vous faites votre carrière professionnelle à l’étranger, votre retraite peut être pénalisées. Vous devrez donc grandement penser en amont à votre retraite. En fait, vos droits à la retraite, en tant qu’expatrié, dépendent du pays dans lequel vous travaillez et de la durée de résidence. Ainsi, pour continuer de bénéficier de droits à la retraite, vous devez être un employé détaché par votre employeur pour une courte durée. Au cas contraire, vous arrêtez de cotiser en France et vous cotiserez alors dans votre pays d’accueil.

De même, s’il s’agit d’un pays qui est lié par les accords européens de sécurité sociale ou alors qui a ratifié une convention de sécurité sociale avec la France, le temps que vous y passez pour travailler sera comptabilisé en tant que périodes validées pour déterminer votre durée de carrière au moment de calculer votre retraite française. La France a ratifié des conventions et accords avec les pays de l’Union européenne et d’autre pays pour les travailleurs expatriés et les travailleurs indépendants.

L’adhésion à la caisse des Français de l’étranger : une solution

Peu importe le pays dans lequel vous travaillez ou résidez, si vous êtes expatrié, il vous est possible de bénéficier de vos droits à la retraite en France, en adhérant à la caisse des Français de l’étranger (CFE).

Il s’agit d’un organisme de droit privé ayant une fonction de service public. Placée sous la tutelle des ministères en charge de la sécurité sociale et du budget, elle assure la sécurité sociale des expatriés, qu’ils soient salariés ou non. Avec cette adhésion, vos cotisations dans le pays d’accueil se passent comme si vous étiez toujours en France, et vos trimestres seront considérés comme des trimestres cotisés.

L’avantage que vous tirez de cette adhésion dépend des droits dont vous disposez déjà en France et de la durée de votre expatriation, puisque vous serez également appelé à cotiser dans votre pays d’expatriation.

Calcul des droits à la retraite pour les expatriés : comment ça marche ?

Le calcul des droits à la retraite pour les expatriés dépend du pays d’expatriation. Le calcul de ces droits va dépendre de la durée d’assurance (trimestres), des accords de sécurités sociales en la France et le pays de résidence, modalités de calcul prévu dans les conventions. Pour être sûr de rentrer rapidement dans vos droits, vous pouvez vous faire accompagner par un professionnel pour réaliser votre bilan retraite.

About the author