Les différents régimes de retraite complémentaire : RAFP, RCI, CIPAV…

Le système des retraites comporte des niveaux de prise en charge sociale et d’assurance vieillesse. Souscrire à certains de ces services peut s’avérer inévitable comme la retraite obligatoire, dont l’une des composantes est la retraite complémentaire. Quels sont donc les différents régimes de retraite complémentaires ?

Qu’est-ce que la retraite complémentaire ?

La retraite complémentaire est un système d’épargne obligatoire qui possède un fonctionnement par point. En effet, pendant les années de travail, l’assuré souscrit à une cotisation pour sa retraite. En fonction du montant de la cotisation, un système de points est mis en place pour quantifier la somme économisée. Le nombre de points est obtenu en divisant les souscriptions par la valeur du point à cette période.

Les régimes de la retraite complémentaire

RAFP

La Retraite Additionnelle de la Fonction Publique est un régime de retraite qui fonctionne par capitalisation. Les cotisations constituent en même temps les pensions de retraite. Le calcul de la RAFP prend en compte plus d’éléments que la retraite de base comme les primes, les indemnités, etc. Le montant épargné est de 10% du salaire, dont 5 %, payé chacun par l’employeur et l’employé.

RCI

La retraite complémentaire des travailleurs indépendants fonctionne aussi sur un système de points. Elle concerne les travailleurs qui sont à leur propre compte, tel que, par exemple, les artisans et les commerçants.

Les différents régimes de retraite complémentaire : RAFP, RCI, CIPAV...

Les montants épargnés par ces derniers durant leurs périodes actives peuvent leur être intégralement reversés ou non selon le taux obtenu. À partir de 50 %, ce taux est considéré comme plein et l’employé touche la totalité de ses économies. Par contre, en dessous de cette valeur, ses pensions sont réduites.

CIPAV

Il désigne la retraite à la Caisse interprofessionnelle pour la prévention et l’assurance de la vieillesse. Ce régime compte 8 classes de cotisation en fonction des revenus de chaque assuré. L’évolution des classes traduit une augmentation des souscriptions et donc un meilleur statut. Selon les variations des revenus, le client peut monter ou descendre en classe.

About the author